Cuverville
Toulon Var agglomération
Br?ve mise en ligne le le 29 /06 /2005
Le carrefour Salan, débaptisé, devient carrefour Salan

Il aura fallu quatre ans d’atermoiements et de réflexions intenses pour qu’Hubert Falco se décide enfin à entendre les recommandations de la Ligue des Droits de l’Homme, et revienne sur une initiative particulière de son prédécesseur en mairie toulonnaise (Jean-Marie Le Chevallier, élu sous l’étiquette FN).
Le carrefour « Général Raoul Salan - Libérateur de Toulon - le 26 août 1944 » devient, par décision du Conseil municipal (24 juin 2005), carrefour « colonel Salan - Libération de Toulon - août 1944 ».
Ça déchire, non ? Vous trouverez ici quelques détails sur la subtile différence.

Pour autant, il ne faut pas croire que Toulon en a fini avec les plaques sacralisant le temps béni des colonies.
Au bout d’une plage du Mourillon, par exemple, s’élève une stèle sur laquelle on peut encore lire : « De cette rade, le 25 mai 1830, sur ordre du Roi Charles X, une flotte commandée par l’Amiral Duperré comportant 103 bâtiments de guerre et 500 navires de commerce armés par 20.000 marins, transportant un corps expéditionnaire de 35.000 hommes aux ordres du Général de Bourmont, Ministre de la Guerre, appareilla vers Alger afin de rendre la Liberté à la Mer et de faire de l’Algérie une terre de progrès que plus d’un siècle de travaux et de combats en commun devait unir à la France par des liens de fraternité. »



Il y a aussi — et surtout — ce magnifique monument de la place d’Italie inauguré en 1980 par le maire "centriste" [1] de l’époque Maurice Arreckx, mentor du jeune Hubert.

Il est écrit : « Algérie Française - A tous ceux, de toute origine, qui, souvent au prix de leur vie, ont pacifié fertilisé et défendu sa terre - 1830 - 1962 ».
Au pied du monument, l’image d’un parachutiste couché avec la mention « A ses martyrs - pour une parole donnée... » Donnée mais non tenue : il est certainement fait allusion aux propos du traître De Gaulle (« vive l’Algérie Française ! »).
Les aventures détaillées de l’ouvrage figurent sur le site de la LDH. La photo ci-dessous est un peu de traviole à cause d’une mauvaise fusion d’images numériques, si vous voulez savoir.



La mairie de Toulon reviendra-t-elle sur ces monuments ?
Certainement pas : comme ils sont très beaux, ils pourront fort bien illustrer les nouveaux livres d’Histoire, puisque la Loi du 23 février 2005 « portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés » impose désormais que « les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, et accordent à l’histoire et aux sacrifices des combattants de l’armée française issus de ces territoires la place éminente à laquelle ils ont droit » (texte complet ici).




[1] Disons plutôt "de droite non gaulliste". Le FN était alors un parti pas du tout connu bien que déjà borgne.