Toulon  Var agglomération Qualité France Média Economie Culture Justice et injustices Cuverville sans frontière Cuverweb pratique
Maison fondée à Toulon en 1995

LETTRE D'INFORMATION | CONTACT

Devedjian / Madelin : "la lamentable équipée de deux étudiants"

mardi 8 décembre 2009
par Olivier Vermert

Exhumer cette histoire, les vacances sportives de Patrick Devedjian et Alain Madelin sur la Côte d’Azur en 1965, quel intérêt ? Ils étaient jeunes, ils étaient fous. Comme tout le monde.
Mais quarante-quatre ans plus tard, l’un d’eux est encore ministre d’un gouvernement qui tente une fois de plus, à l’approche des Régionales, d’imposer le débat sur l’insécurité. La mise en perspective s’imposait donc.

AH ! On savait s’amuser, à l’époque !
Sauf qu’il ne faut pas en parler. Le droit à l’oubli, c’est pour moi, le devoir d’exemplarité, c’est pour les autres.

Question circulant ces jours-ci : le document reproduit dans une brève précédente, compte rendu d’audience délivré par Le petit Varois en date du 11 novembre 1965, est-il authentique ?
Pas moins que celui-ci, extrait du journal Nice-matin (même date).

PDF - 1.3 Mo
Nice matin - 11 novembre 1965

L’important n’est pas de revenir sur une décision de justice méconnue mais commentée à l’occasion, discrètement, depuis de nombreuses années. La condamnation a été prononcée juste avant la réélection de Charles de Gaulle à la présidence de la République (19 décembre 65). Quelques mois plus tard, en juin 1966, Mongénéral lançait sa grande lessive élyséenne dont les deux copains ont sans doute pu bénéficier.

L’important, de toute façon, n’est pas d’accabler davantage deux hommes politiques dont on connait la jeunesse tumultueuse, jalonnée d’opérations coup-de-poing, de nez cassés et d’aimables rendez-vous avec la maréchaussée [1]. Avant que, fascinés par la justice et le Droit, ils ne deviennent avocats.

L’important est de lire les comptes rendus d’audience.

Une République exemplaire

Le 24 mars dernier, à Saint-Quentin, Nicolas Sarkozy prononçait un discours sur la situation de la France face à la crise. Au programme : responsabilité, devoir d’exemplarité, valeurs. « Cette crise économique, cette crise sociale, est également une crise intellectuelle et une crise morale. On ne sortira pas de la crise si on élude les questions de principes et de valeurs. Ce soir je veux poser des valeurs, ce soir je veux rappeler des repères ».

Trois mois plus tôt, le Président avait nommé Patrick Devedjian ministre "de la mise en œuvre du plan de relance", pour sortir la France de cette crise économique / sociale / intellectuelle / morale.

Les hommes changent. Parfois ils font des conneries et puis après ça va mieux. Mais il est important de toujours se rappeler d’où l’on vient, de ne pas exiger des autres ce qu’on est incapable d’assumer soi-même. Éviter l’arrogance et l’hypocrisie. Éventuellement, éviter de traiter les femmes de salopes mais là, on s’éloigne du sujet.

Devedjian est donc ministre d’un gouvernement très affuté sur l’insécurité, sur la tolérance zéro, un gouvernement qui fiche tout le monde y compris les enfants. Qui criminalise son opposition radicale, qui pousse la police « à faire du chiffre ».

Devedjian appartient à la même famille politique que le maire de Nice, qui vient de décréter « le couvre feu » pour les mineurs de moins de treize ans.

Il faut se souvenir du rapport sur la "prévention de la délinquance" élaboré en 2004 par le député UMP Bénisti, largement décrié par les communautés scientifique et éducative — surtout dans sa mouture préliminaire. Il y était question du « parcours déviant » de certains enfants dès la maternelle.

Retour au compte-rendu d’audience :
« Patrick-Roland Devedjian, âgé de 21 ans, et Alain-Louis Madelin, 19 ans, demeurant tous deux dans l’agglomération parisienne, sont éudiants en droit et appartiennent à des familles aisées ».

« Devedjian et Madelin opposèrent tout d’abord d’impossibles dénégations et même des allégations fantaisistes. Devedjian fit même état d’un personnage nommé Gérard, que tous deux auraient connu dans des réunions d’un groupement politique et qui, les ayant rencontrés au Lavandou, leur avait confié le véhicule dont ils se servaient, de même qu’un pistolet qui avait également été trouvé dans le bateau de Devedjian. Ce n’est qu’après de multiples interrogatoires que les deux étudiants en rupture de ban se décidèrent enfin à reconnaître les faits, non sans s’étre auparavant montrés arrogants et insolents à souhait ».

« Dans une véhémente apostrophe, le substitut Nalbert stigmatisa cette attitude de jeunes gens à qui la vie ne refuse pas grand-chose et qui se sont livrés à des malhonnêtetés extravagantes, n’hésitant pas, pour s’excuser, à se moquer de la justice ».

« Il appartenait au bâtonnier Guillaume Barles de prendre la défense des deux jeunes délinquants. Il le fit avec un extrême doigté, faisant valoir que l’on jugeait des enfants plutôt que des hommes faits. Après avoir rappelé que la justice devait, d’une façon humaine, envisager toute chose, le défenseur appela sur ses jeunes clients la compréhension du tribunal ».

Et puis...

Évoquer cette affaire est intéressant, enfin, pour les commentaires qu’elle suscite. Comme ceux de Thierry Mariani, candidat UMP briguant la présidence de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur.
Rappelons l’objet du procès de 1965 : « vol d’essence, de voitures et de divers objets, usage de fausses plaques d’immatriculation et détention d’une arme de quatrième catégorie ».
« C’est une connerie de jeune, voilà tout », dit en 2009 Mariani au journaliste de Nice-matin qui l’interpelle, avant d’ajouter : « Qui n’a jamais volé un paquet de bonbons ? » [2]

Imprimer Imprimer

[1] Voir les pages Wikipédia consacrés à l’un et l’autre.

[2] Nice matin, 5 décembre 2009.

<span style='text-transform: uppercase;'>Qualité France</span>
Dans la m?me rubrique
Quand la Marine met du plomb dans l’Éducation nationale
(31/01/2011) (7 messages)
Régionales 2010 : un nouveau fauteuil pour le cumulard Hubert Falco
(01/03/2010) (5 messages)
Falco, le mauvais exemple des fusillés
(09/11/2009) (2 messages)
Reconversions (2/2)
(04/10/2009)
Reconversions (1/2)
(02/10/2009) (1 message)
Hubert Falco, le spécialiste
(03/04/2008) (6 messages)
La démocratie participative peut ne pas être un concept marketing (seconde partie)
(21/01/2008) (1 message)
La démocratie participative peut ne pas être un concept marketing (première partie)
(11/12/2007) (1 message)
Maryse Joissains : Toulon exporte ses cerveaux
(02/09/2007) (4 messages)
La nostalgie, camarade
(03/05/2007) (4 messages)
Les br?ves
Sarkozy annonce la création de 30.000 places dans la fonction publique
(13/09/2011)
Cuverville vote Falco !
(16/02/2011)
Signes, 2 janvier 2011 : un jour heureux
(11/01/2011)
Arthur Paecht défendra les anciens combattants
(18/11/2010) (2 messages)
C’est la saison des amours : Mariani, Falco et Couderc lèvent le Pied-noir
(08/02/2010)
Contributions toulonnaise et militaire au débat sur l’identité nationale
(06/01/2010)
Petite contribution de Patrick Devedjian au débat sur l’insécurité
(01/12/2009) (5 messages)
Dîtes non aux incivilités : poursuivez votre maire !
(30/11/2008) (4 messages)
Un Tour de France hautement symbolique
(23/10/2008)
Hubert F. et les bidasses en folie
(09/09/2008)