Toulon  Var agglomération Qualité France Média Economie Culture Justice et injustices Cuverville sans frontière Cuverweb pratique
Maison fondée à Toulon en 1995

LETTRE D'INFORMATION | CONTACT

Le petit bal des pères la pudeur

lundi 25 septembre 2006
par Olivier Vermert

Protégeons la jeunesse de France ! Prévenons la concupiscence, interdisons les revues licencieuses !
A mort "Six-Fours magazine" !

L’affaire : le bulletin municipal de la ville de Six-Fours publie dans son édition de septembre un appel à participer au "Prix jeunes talents" distinguant chaque année, à l’occasion du festival d’Angoulême, un auteur de bande dessinée qui n’a jamais été édité.
Une planche de BD vient illustrer l’article, 24 vignettes sans indication de source ni autre forme de commentaire. Rien de bien méchant a priori mais voilà : d’innocents petits enfants dont chacun sait qu’ils dévorent les bulletins municipaux tellement c’est de la balle se mettent à pleurer, pisser au lit ou se tirer le zizi après avoir eu la page sous les yeux. Surtout, quelques adultes s’étranglent en en découvrant le contenu (à l’aide d’une loupe car les vignettes de la planche sont réduites à des timbres poste d’environ 2x2cm), rapidement qualifié d’« obscène ». Des « associations de parents d’élèves », comme dit la presse locale, montent au créneau. Var matin consacre trois quarts de page au dossier. Le maire Jean-Sébastien Vialatte est navré et l’opposition indignée. L’édition électronique du bulletin municipal de septembre caviarde la fameuse planche, celle d’octobre présente les excuses « réitérées » de Vialatte.

JPEG - 83.8 ko
Six-Fours magazine, septembre. Avant.


JPEG - 19.3 ko
Var matin, 20 septembre.


JPEG - 75.5 ko
Six-Fours magazine, septembre. Après.


JPEG - 74.3 ko
Six-Fours magazine, octobre.

Mais qu’est-ce ?

Cette bande dessinée met en scène un bonhomme sur le point d’acheter une baguette de pain. Il marche dans la rue, il est habillé (forcément, dans la rue). Sur le chemin de la boulangerie, ses pensées tournent au fantasme. Le bonhomme rêve un acte sexuel dont il serait le maître d’oeuvre. Les bulles se gonflent d’onomatopées et de quelques formules prêtes-à-l’emploi, caricaturales dans leur vulgarité misogyne (notons que cette misogynie ne sera absolument pas le sujet de l’indignation collective).

A ce stade, il nous semble opportun de préciser le nom du dessinateur puisque ni le bulletin municipal ni la presse locale n’ont pris soin de le faire — à aucun moment.
Samuel Teller a remporté en 2005 le deuxième prix de l’opération "jeunes talents". Peut-être le jury a-t-il apprécié l’idée générale de sa planche, cette charge contre les stéréotypes (télévisuels) qui formatent le désir et perturbent l’apprentissage sexuel des adolescents. Le propos est d’autant plus efficace que les pensées sont crûment déconnectées de la réalité. Le bonhomme marche dans la rue sans se départir d’un sourire idiot. Il rêve une vie manifestement très éloignée de la sienne : ben oui, cette BD inoffensive s’adresse aux ados.

L’opération jeunes talents est placée sous la tutelle du Ministère de la Jeunesse et des Sports via le dispositif "Envie d’écrire".
Le travail de Teller et celui de dix-neuf autres débutants fut l’an passé l’objet d’une exposition inaugurée par le directeur de cabinet du Ministre Jean-François Lamour. Une photo en témoigne, sur la page où le service de com’ de Six-Fours a trouvé la planche de la honte. Vérifiez par vous mêmes, profitez-en pour lire la BD incriminée dans son intégralité, tant que les lauréats 2006 n’auront pas chassé la cuvée précédente.

JPEG - 21.8 ko
Oh mon Dieu ! Mais n’est-ce pas la planche de la honte, au fond, derrière le pornocrate du ministère ?

L’analyse à hauteur de braguette, c’est si bon

Alors bien sûr, si le débat portait uniquement sur la légitimité d’inscrire cette planche dans un bulletin municipal, peut-être serait-il acceptable. Mais on n’en est pas là. Journalistes, politiques : c’est le choeur des vierges effarouchées, la sarabande des bien-pensants.

Il y a ceux qui ne voient le monde qu’à travers le prisme du poil et de la couille.
Il y a ceux qui veulent croire que les mômes de quatorze ans, quand ils lisent, se limitent à Bob Morane ou le Club des cinq, Boule et Bill et les Schtroumpfs.
Viennent ensuite les hypocrites : le cul et l’outrage, c’est bon pour le commerce.

Var matin, 17 septembre :
« "Ah ! Quelle chose merveilleuse que le sexe !" La première réplique de la bande dessinée publiée page 8 du bulletin municipal de septembre a de quoi interloquer. Avant même d’aller plus loin, on ne peut que vous conseiller d’éloigner au plus vite ce numéro de la table familiale du salon. Car la suite est du niveau des dialogues d’un mauvais film X, avec une succession de graveleuses métaphores culinaires ou militaires. Du jamais vu dans une revue municipale, où il paraît impensable que le document ait échappé à la relecture à tous les niveaux de fabrication. Le comble est que cette (déjà) fameuse BD illustre un article sur le prix jeunes talents 2006 invitant les 17 ans ou plus à participer à un concours. Dans une page intitulée "cultivons-nous, ici et là..." Plutôt ailleurs. »

Var matin, 20 septembre :
« Dès la première bulle le ton est donné [...] "Ah ! Quelle chose merveilleuse que le sexe !" Le reste est à l’avenant, enrichi d’obscénités de grand cru. Mineurs et midinettes s’abstenir. Si au comptoir de quelques établissements ce chef-d’oeuvre de finesse prête à sourire, tel n’est pas le cas partout. A commencer par certains parents et autres représentants d’associations de parents d’élèves qui, choqués qu’une telle "horreur" ait pu paraître dans la brochure municipale, en rient encore jaune ».

Le maire UMP de Six-Fours Jean-Sébastien Vialatte, toujours dans Var matin :
« je suis navré et choqué par les propos qui apparaissent dans la BD. Je suis moi-même père et grand-père et comprends d’autant mieux les réactions des gens à ce sujet ». Et si tu étais arrière-grand-père, tu comprendrais encore mieux ?

Et l’opposition s’engouffre dans la braguette, une bonne occasion de s’indigner : Erik Tamburi, par exemple, est un grand garçon qui fait de la politique (UDF) à Six-Fours. Une victoire : s’être fait insulté par Vialatte lors d’un Conseil municipal, avoir porté plainte et obtenu réparation. Un programme : Tamburi faxe tous les jours à Var matin le communiqué de presse qu’il a rédigé pendant la grosse commission. Voici la fournée du 18 septembre : « [Je demande à Jean-Sébastien Vialatte] des excuses auprès des nombreuses familles dont les enfants ont pu lire cette prose réservée aux adultes, et qui ont été choquées [...] Décidément, suite à ses propos insanes au conseil municipal, M. Vialatte se complaît dans ce genre de choses ».

Imprimer Imprimer

  • Bravo Monsieur le député 22 octobre 2006, par PIA
  • archeotype de l’ obscenite 2 octobre 2006, par thlej (4 r?ponses)
  • De drotie ou de droite 2 octobre 2006, par JC de Maisonneuve (1 r?ponse)
<span style='text-transform: uppercase;'>Média</span>
Dans la m?me rubrique
Derrière les lignes du Front : un livre de Jean-Baptiste Malet
(14/10/2011) (1 message)
Joe Sacco, le journalisme et les médias
(04/10/2011)
Insécurité à l’école : du fait divers au fait social
(06/05/2010) (1 message)
Régionales : Nice-matin affiche sa neutralité de droite
(28/02/2010) (5 messages)
Des Chinois à Toulon : comment l’information vient aux journalistes
(19/04/2009) (1 message)
La Provence et le groupe Nice-matin changent de main
(29/08/2007) (2 messages)
Sauver RTL-Toulon ?
(27/06/2007) (29 messages)
Var/Nice-matin : hyperréalisme de la mise en scène
(22/04/2007)
"J’ai une question à vous poser" : entretien avec une participante
(07/03/2007) (3 messages)
Radio Active dans la panade
(07/10/2006) (25 messages)
Les br?ves
L’UMP ou le lecteur ? Var Matin a fait son choix
(28/09/2009) (3 messages)
Le choix d’Hubert
(19/09/2009) (3 messages)
Chez les journalistes varois, le rouge-brun se porte bien
(13/04/2009) (12 messages)
Images du protectorat
(18/05/2008) (2 messages)
Un début d’année riche en actualités
(13/01/2008)
Une vie de con
(10/12/2007) (3 messages)
Nice-matin version Hersant : la spirale vertueuse
(04/10/2007)
Arrêt sur images (la 5, Daniel Schneidermann) s’arrête. Heureusement, le Droit de savoir (TF1, Charles Villeneuve) continue
(24/06/2007) (2 messages)
La pression, c’est ceux qui la subissent le moins qui en parlent le mieux
(27/04/2007) (1 message)
Débat Royal/Bayrou : une journée sans pression
(26/04/2007)